La syrah à tous les degrés d’alcool

Dégustation du club sans nom – Jeudi 21 mars 2008 : En ce premier jour de printemps, nous étions un petit groupe de 12 à nous retrouver amicalement pour une dégustation de syrah comme chaque mois. Une belle pointure de la dégustation, P.G, entourée de la fine fleur de l’Est Parisien, Claudine, Michel, Patrick, Robert, Carole, Kaveh, Philippe, Willmytt, Virginie et puis aussi la super star du blog culinaire, j’ai nommé Pascale Weeks scally.typepad.com.

Notre charte est simple :

Chacun planche sur un thème,

Achète les bouteilles.

On tourne. Et mon tour est arrivé.
J’ai choisi une série de 7 vins élaborés avec de la syrah à des degrés d’alcool différents. Ils ont été présentés cachés, dégustés à l’aveugle et crachés… pour certains.

  • Bonne nouvelle syrah Boisson désalcoolisée à 0,2 ° (Grandes surfaces)
  • Plume syrah grenache vin de pays ajusté à 9 ° du domaine de la Colombette (caviste Nicolas)
  • Syrah australienne effervescente à 12,5 ° (Marks & Spencer Londres)
  • Syrah d’Israël 12,5 ° (Repaire de Bacchus)
  • Croze Hermitage 12,5 ° (cave de l’insolite Paris 11ème)
  • Syrah Côtes rhodaniennes franc de pied 12 ° (Lavinia Paris 8ème)
  • Chateauneuf du Pape Clos des Papes 2005 (cave Legrand Paris 2ème)

Il était demandé à chacun de deviner le degré d’alcool… Et alors ? … Et bien contre toute attente personne n’a repéré que le vin à 9 ° comportait moins d’alcool que les autres. Quant à la boisson désalcoolisée, elle a été massivement recrachée. Honnêtement cela n’est pas bon, autant boire du jus de raisins.

La cuvée à 9 ° est une découverte agréable. Cuvée Plume syrah et grenache du domaine de la Colombette Tout le monde a cru, à l’aveugle que la bouteille titrait autour de 13 °. Et ! Cela n’était que du 9 °. Tout ça parce que les deux vignerons « ajustent » leurs vins.

ajuster ? ajuster ? qu’est ce à dire ?
Cela veut dire que, suivant le modèle australien et américain, les vignerons abaissent les degrés d’alcool. Les Français appliquent une technique d’osmose inverse et colonne à distiller mise au point par l’INRA (j’ai rédigé un article dans Le Particulier Pratique n°332). Dans le verre, le vin était fruité et désaltérant. L’expérience est intéressante.
Agrandir le plan

Nous avons goûté le meilleur vin du monde ! Le Clos des papes 2005 est sorti premier du Top100 du magazine américain The Wine spectator. Un Chateauneuf du Pape, composé de 10 % de syrah, 65 % de grenache, 20 % de mourvèdre et 5 % de counoise, vaccarese et muscardin. Assurément pas le meilleur vin français mais classé quand même 3,5 sur 4 par Pierre Guigui dans le guide gaultMilllau 2008. Donc pas mauvais du tout, très bien fait, élégant, équilibré, avec cette typicité rhodanienne qui donne à la syrah ces notes chaudes de cacao amer.

Sachez que le prix de cette auguste bouteille a doublé. On la trouve à 75 € chez un caviste du 2ème arrondissement parisien. Au domaine, quand il en restait encore, elle était affichée à près de 35 €.

Le mois prochain Philippe planchera sur les terroirs. A suivre…

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, le blog se consomme sans modération. A vos claviers !