Le maréchal Foch crée la zizanie dans les vins bretons

La question pour les vignerons bretons actuellement est de savoir si l’administration française va leur accorder le droit de planter sereinement un cépage hybride abandonné depuis les années 30, le Maréchal Foch, et de produire du vin avec. Cultivées au XXIème s de manière familiale quasiment potagère, les vignes en Bretagne restent confidentielles. C’est en train de changer avec le dynamisme d’une jeune association pour le renouveau des vins de Bretagne (ARVB) créée en 2005. Son objet est de mettre en œuvre tous les moyens pour assurer la promotion, le rayonnement et le développement des vignes et des vins de Bretagne, notamment auprès des pouvoirs publics et simultanément promouvoir des actions d’information et une pédagogie cohérente du savoir boire et de la prévention des problèmes d’alcool principalement sur la route.

La dernière affaire qui agitait les vignerons de l’Ouest vient d’être résolue. L’un des leurs, Jean Donnio (Côtes d’Armor) dont les 600 pieds d’hybrides plantés en 1990 étaient menacés d’arrachage au printemps 2008 a sauvé sa mise. L’administration vient de décider de passer l’éponge pour cause de prescription : l’infraction » (de plantation) n’ayant pas été constatée dans un délai de 10 ans » il est autorisé à garder ses vignes.

A présent les défenseurs des vins bretons souhaitent, à l’instar de l’association des Vignerons Franciliens, voir instaurer une tolérance pour les vignes bretonnes, déclarer leurs vignes à vocation pédagogique, culturelle, touristique et historique et s’engager à ne pas vendre le vin.

Le maréchal Foch appartient à la famille des cépages hybrides producteurs directs (HPD*). Issu de croisements permettant pour certains d’être plus résistants aux maladies et de réduire les traitements chimiques de synthèse. Noir et précoce, le raisin est assez résistant au mildiou, moins à l’oïdium, et donne un vin de couleur sombre, très aromatique, corsé, et vieillissant bien. Le vigneron note la présence de toute une gamme d’arômes tels le pruneau cuit, les fruits noirs, le champignon, le caoutchouc, le cèdre et la matière terreuse. Planté par les Romains, le vignoble breton existe depuis le III e s. « Bevet gwin vreizh » soit « Vivent les vins de Bretagne » !