Le grandiose grand cru Schoenenbourg 2005 de Jean-Michel Deiss, l’alsacien de Bergheim

Reportage – Dégustation du 2 mars 2009 des grands crus d’Alsace à Paris – Parmi la trentaine de vignerons venus présenter le millésime 2007, à la table 13, le public devait prendre son tour pour s’approcher de Jean-Michel Deiss et de son fils Mathieu.
Une première rencontre pour moi avec le grand cru Schoenenbourg 2005 du domaine Marcel Deiss (noté 19,5/20 par Pierre Guigui dans le guide GaultMillau des vins 2009) et présenté par Jean-Michel Deiss lui même comme « Un vin de protestant, caché, mystique, plutôt austère, et très rare parce qu’il ne peut être produit que dans ce terroir fait de gypse, qui contient énormément de soufre. Cela donne des vins de très longue garde, le 1990 est encore trop jeune ! ». Un vin également d’une longueur en bouche exceptionnelle, dont l’eau végétale se ressent avec simplicité, portée délicatement sur un fond de fraicheur et une structure présente pour exprimer des arômes de quinine et de plantes un brin mystérieuses. Un trésor de vin biodynamique qui réalise l’alchimie de transmettre aux humains une énergie particulière et indicible puisée dans le sol et qui les transporte ailleurs. L’un des meilleurs vins blancs du monde… assurément.