Les vignerons et viticulteurs bio de Rasteau en ordre clairsemé

Gros succès pour les Coteaux des Travers de Robert Charavin domaine bio à la "buvabilité" appréciée lors de cette 11ème Escapade des Gourmets le 9 juin 2010 (rouge Réserve 2008 à 7,90 €).

Zoom sur les vins  bio de Rasteau – La cave de Rasteau encourage l’agriculture raisonnée.  Mais le vaisseau amiral  du vignoble  vient de racheter le domaine Pisan en 3ème année de conversion. Et deux parmi ses 80 viticulteurs adhérents – parmi les plus jeunes – ont engagé une conversion à l’agriculture biologique. Frédéric Julien fait partie de ces jeunes motivés. Il se soigne à l’homéopathie et cultive ainsi ses 17 hectares de vignes.  En troisième année de conversion il  avoue toujours s’interroger sur la viabilité du modèle. Il s’est équipé de tracteurs spéciaux « les chenillards » pour ses vieilles vignes de grenache en coteaux, la spécificité et la grande difficulté locale. Pour le reste cultiver les raisins bio ce n’est pas si difficile.  Grâce au soleil, les maladies sont rares. Il n’y a jamais de mildiou dans la région. Et le cuivre est administré à faibles doses (0,5 l en deux fois contre 6 fois 4 litres /hectare en mode conventionnel). La flavescence dorée qui sévit depuis cinq ans dans le Vaucluse n’a jamais eu les mêmes retentissements que dans l’Hérault. Nombreux d’ailleurs sont les viticulteurs qui rechignent à se conformer à l’arrêté préfectoral qui oblige à traiter les vignes à époque donnée.  Frédéric  Julien essaye des méthodes soufflées par ses voisins. Le compost liquide épandu dernièrement, à l’odeur de poisson, qui en période de pluie s’est révélé optimum. « Cela donne de l’espoir comme  fertilisant, cela a ranimé mes sols », s’enthousiame le viticulteur.

Ils sont 3 vignerons sur 32 à travailler en bio à Rasteau :

-domaine du Trapadis Helen Durand bio depuis 2006 sans sulfites ajoutés

-domaine des Coteaux des Travers Robert Charavin

-domaine Gourt de Mautens Jérôme Gressy (son interview)

Les vieilles vignes de grenache noir à vins doux naturels dans les coteaux de Rasteau début mai avant la floraison.

Le village de Rasteau compte 700 habitants et plusieurs clochers. Bienvenu dans le Sud. L’accent  chantant, les sourires larges, les accolades sous les parfums de thym et de romarin…   Le Mont Ventoux et  les  Dentelles de Montmirail, des vestiges romains partout enfouis, y compris dans les vignes où il n’est pas rare de tomber sur une tête de Vénus ;    des collines à foison ;  un vignoble polyphonique de plaines et de coteaux ; le village de Cairanne en face vu de travers –  l’ennemi juré depuis toujours qui sait encore pourquoi –   une cave coopérative forte de 80 viticulteurs (700 hectares) qui fournit en raisins  de quoi produire   la moitié de l ‘appellation Villages Rasteau (30 000 hectolitres hectares )  et enfin, quelques caves particulières adhérentes au syndicat des  vignerons. Ils sont 32 vignerons à élaborer des Côtes du Rhône Villages Rasteau. Tous aimeraient bien gagner le rang de Cru comme Châteauneuf du Pape.  Mais le dossier lambine, repoussé, retardé, mais sans cesse ressuscité.  La commission INAO doit statuer le 11 juin prochain sur le dossier AOP qui doit être envoyé à Bruxelles (date limite 2011). Sur place, l’inquiétude est certaine compte tenu du danger que recèle la complexité de ce projet de cahier des charges de l’AOP qui comporte la  réunion en un seul  de deux cahiers des charges :  celui  des vins doux naturels et  des côtes du Rhône Villages Rasteau. La complexité ne facilite jamais la conclusion heureuse des procédures administratives… Affaire à suivre.