Au restaurant Le Baratin bat toujours le coeur du quartier de Belleville dans le 20ème arrondissement de Paris

L'une des meilleures adresses du 20ème arrondissement, Le Baratin, à deux pas de la rue de Belleville (photo M.S.).

Restaurant testé pour  vous – Des vins nature (sans sulfites ajoutés)  et bio (raisins sans pesticides) et bons ; il y en a plein,  au Baratin, bistrot  perché  presque sur la cime de la colline de Belleville. Les prix y sont  raisonnables,  compter entre 4,50 € et 6 € le verre. Le Bordeaux Pessac Léognan (Mirebeau) sans aucune empreinte de  bois peut redonner le goût du bordeaux à certains réfractaires, les vins ardéchois sont présents, ainsi que bon nombre de beaujolais (J. Foillard) et des vins de Loire.

Entrée de lentilles

Le midi, le menu bridé à 16 € se resserre sur une ligne de  3 plats. Une aubaine pour les travailleurs du quartier qui se régalent d’une cuisine familiale où l’on allège le sucre et le gras.  A ce prix d’ami, vous avez le choix entre trois entrées, trois plats et deux desserts.

Comme  partition d’un jour d’ octobre 2010, sous le signe de la noisette, cela donne…

plat de poulet fermier en bouillon aux champignons

une assiette de lentilles à l’huile de noisettes,

un poulet au bouillon de champignons, ultra  diététique, avec sa carotte et ses fines  feuilles de  chou,

un pudding aux allures de flan aux oeufs aux grains de noisette,   peu sucré et pas mal du tout…

un verre de Syrah épicé  d’un terroir ardéchois

un café

Et pour tout cela  ? une addition de 23,50 € et un instant p’tit bonheur de trouver une hospitalité dans un  vrai décor parigot.

Avec qui y aller ?

Un copain d’abord, un buveur de jus de raisins, le  fantôme de Bernard Blier croisé au cimetière du Père Lachaise.

Le sol en mosaïque casson du bistrot Le Baratin dans le style art déco des années 20-30... (photo M.S.)

Sur le café… lire le complément sur www.boncaféparis.fr

Outre les vins naturels, les maitres du Baratin,   Raquel Carena et Philippe Pinoteau, semblent avoir un penchant pour la photographie. La preuve en ait : cet agrandissement de la photo  Belleville de Willy Ronis, prise rue Vilin dans le 20ème arrondissement en 1957 accroché au mur.

« Ce jour là j’étais dans un terrain vague, au bas de l’escalier de la rue Vilin et j’ai vu ça. Un homme, avec une valise à ses pieds. Il tient la rampe, il a l’air d’être perdu dans un monologue intérieur que je crois entendre. J’invente aussitôt son histoire, plutôt abracadabrante… et puis il y a quelques années, au cours d’une rencontre que j’avais faite à la Maroquinerie où je commentais quelques unes de mes photos… un homme me dit que mon scénario n’était pas du tout le bon car cet homme précisément était son père : il n’avait jamais quitté sa mère et ce qu’il y avait dans sa valise, c’était de petites pièces métalliques qu’il devait fixer sur des flacons de parfum... »,  narre Willy Ronis dans son livre Ce jour là paru dans la collection  Folio. La photo de Willy Ronis ? Allez donc la reluquer au Baratin.

Réservation conseillée le soir au baratin.

Le Baratin
3 rue Jouye Rouve
75020 Paris
Tél. 01 43 49 39 70
Fermé : les dimanches et  les samedis et lundis midis

Réservation obligée le soir, moment où la carte affiche plus de choix, voire aussi  le midi, tout au moins à l’heure de pointe.

 
 
Ultime conseil : remonter par le parc de Belleville, à deux pas, charmant et offrant l’une des plus jolies vues de la capitale tout en haut.

Agrandir le plan