La solution « bio » comme moyen de sauver les Muscadet en crise

 

Jo Landron, vigneron en bio depuis 1999 apparaît comme un  pionnier  à l’heure où la Région des Pays de Loire  va soutenir les conversions pour sortir de la crise (photo JL).  

Actualités - Demandez à un Français de vous citer le nom d’un vin blanc sec ;  il répondra  immanquablement… le muscadet ! Le muscadet est une vedette dans l’Hexagone  comme notre baguette de boulanger et notre camembert au lait cru.   Connu oui,  prospère pas vraiment. La crise sévit dans le vignoble de Maine et Loire.  Le sale coup s’est passé en 2008 avec des gelées catastrophiques. Le coup de froid d’avril a laissé sur le carreau la moitié de la récolte. Vendu plus cher par le négoce  – et les grandes surfaces qui ont répercuté la hausse des cours –  le millésime 2008 est resté dans les rayons.

La difficulté  est de trouver une solution pour les centaines de milliers d’hectolitres en suspens alors que le millésime 2009 débarque ?

Dans ce climat de crise, l’Etat préconise un plan avec distillation subventionnée (80 000 hectolitres) et  arrachage volontaire de vignes.

De son côté,  le  Conseil régional des Pays de Loire soutient ses vignerons en proposant  le doublement du nombre  d’exploitations en agriculture biologique. Le fait est d’autant plus remarquable dans une région où le climat océanique rend plus difficile qu’ailleurs le régime strict avec zéro pesticides.  Le pli est donc pris avec  l’agriculture biologique, et espérons le demain, avec la viticulture biologique. Le bio constitue bien aujourd’hui pour les vignerons une opportunité de se hisser à un autre rang, un autre marché, d’exporter, de se tourner vers d’autres consommateurs et de pouvoir continuer d’exister comme l’ont également compris nombre de petits vins dans le bordelais qui se convertissent en  masse. Et chassons les esprits cyniques qui se gaussent de voir le bio réduit à une niche marketing, et chasseraient pour un peu  le bébé avec l’eau du bain. Faisons confiance aux consommateurs de vins  et sauvons les Muscadet.

Pour lire tous les détails du plan, voir ici…