Tous idiots les consommateurs de produits bio? C’est ce que sous entend un nouveau livre, « Bio, fausses promesses et vrai marketing »

Chronique - Que tout est compliqué en France ! L’agriculture biologique fait encore l’objet d’un nouveau procès à l’occasion de la sortie d’un livre Bio, fausses promesses et vrai marketing, aux éditions Le Publieur signé par Gil Rivière-Wekstein. Tout est dans le titre. A lire son interview publiée par Lepoint.fr, on s’ébahit d’en être encore là en France. Sur le site, heureusement, les commentaires laissent à croire que les lecteurs sont dix fois mieux informés que cet auteur,  lobbyiste ?!

Que l’agriculture biologique soit imparfaite c’est une évidence, mais la critique essentielle exprimée dans l’interview tient en ce qu’il n’existe « aucune étude sérieuse qui atteste que les produits bio sont meilleurs pour la santé et pour l’environnement ».

Mais primo qui les financerait ? Secundo, cela n’est pas vrai : il suffit d’aller voir le film de Marie-Monique Robin Notre poison au quotidien ou de Jean-Paul Jaud Nos enfants nous accuseront ou de lire la prose du professeur Belpomme.

Chez l’auteur perce un fort penchant pour l’agriculture raisonnée, le développement durable, les OGM et il conclut même en disant que les produits bio doivent rester une niche de produits exceptionnels…

« Avec toutes ces fausses promesses que vous dénoncez, l’agriculture bio n’a donc pas d’avenir ? Sa vraie place, à mon sens, c’est de proposer de la qualité gustative et des produits exceptionnels. Il y a d’ailleurs du bio vraiment très bon ou encore des gammes de produits biologiques innovants, originaux, qu’on ne trouve pas ailleurs. Ça, c’est un vrai marché ! Celui de l’exception. Mais il ne faut pas vendre du bio en disant que c’est meilleur pour la santé ou même pour l’environnement, c’est une fausse promesse… »

Eh bien voilà,  pas si bête,   une filière bio avec des produits qu’on ne trouve pas ailleurs, ce serait  tellement plus simple… plus personne ne penserait à comparer les qualités d’une pomme traitée avec celles d’une pomme non traitée, ça éviterait les questions  embarrassantes et les choix épineux.

Rien à dire de plus, sauf à découvrir le pedigree de l’auteur,  Gil Rivière- Wekstein,  partisan du nucléaire,  rédacteur en chef d’une revue Agriculture et environnement et fondateur d’un cabinet d’étude, un fortiche de l’intelligence économique,  et du pipeau ? En savoir plus ici…