Le cuivre dans les vignes bio, les non bio en font tout un foin


Pour Anne-Lise Goujon,  du Château Moulin de Lagnet à Saint-Emilion, présidente de la commission interprofessionnelle viti-vinicole d’ARBIO Aquitaine questionnée le 20 juin 2011  sur le cuivre, ce remède utilisé en traitement contre le mildiou et l’oïdium de la vigne est employé à des quantités infimes par les vignerons bio, qui sont limités à 6 kilos par an et par hectare et contrôlés. En conventionnel, les vignerons n’obéissent pas à ces contraintes et traitent aussi avec du cuivre et avec des produits systémiques qui polluent les nappes phréatiques. Le coût  de ces pollutions est passé sous silence.