L’avenir lugubre des enfants de Fukushima révélé par une mission au Japon de la Criirad


Deux scientifiques de la Criirad* une association indépendante créé après Tchernobyl, reviennent de leur mission de deux semaines au Japon totalement bouleversés par l’enfer qu’ils ont vu (entre le 24/5 et le 3/6), compteur geiger en mains.
Vingt cinq après Tchernobyl, le Japon cumule les erreurs en ne prenant pas les mesures nécessaires : pas d’évacuation de la population à la distance nécessaire de plus de 80 kms autour de l’accident (au lieu de 20) ; pas de distribution à tous au moins trois heures avant les rejets, les comprimés d’iode non radioactive afin de saturer la glande thyroïde des humains ;pas de  traitement de  la terre dans les écoles totalement contaminées sur une trentaine de centimètres… ; pas de publication d’une carte exhaustive de l’étendue de la contamination ; et mauvaise consigne donnée aux habitants de se confiner alors que la contamination dure depuis des mois avec  des rayons gamma qui traversent les murs…

Le manque de transparence des autorités rajoute à l’horreur d’un tel drame. Et malheureusement, dans notre pays du nucléaire, les citoyens ont tout lieu de croire qu’ils ne seraient pas mieux traités.

* CRIIRAD Commission de Recherche et d'Information Indépendantes
sur la Radioactivité