La Chine passe à table au Musée Branly, courez cet été à l’exposition Les séductions du Palais

Sage ou ivrogne ... telle est la nature ambigüe de l'Immortel taoiste. L'ivresse procurée par le vin de céréales faciliterait la communication avec les esprits.

L’exposition « Les séductions du palais » au musée du quai Branly présente pour la première fois des objets venus du musée national de Chine. 

Dans quelle contrée a t on pu faire mijoter des heures durant une  pâte d’ours ou un chien braisé au bouillon de tortue,  si ce n’est en  Chine ?   La cuisine chinoise a 7 000 ans. Surprenantes, raffinées, les recettes se succèdent. En progressant de salle en salle, de dynastie en dynastie, Xia, Shang (vaisselle de bronze), Zhiou, Qin, Huan, Song… le visiteur avance dans le raffinement des arts de la table. Et oui le thé n’a pas toujours été infusé. Le ravioli plongé dans la soupe bouillante remonte à l’époque des Tang, un âge d’or (618 à 907). La technique du raffinage du sucre de canne venue d’Inde amène de nouvelles recettes de gâteaux dès le Xème siècle. Comment un bol en porcelaine peut il avoir traversé 3 000 ans sans le moindre éclat ?

Le premier brasero de l'histoire. Sous les Han, les Chinois mangeaient des côtelettes en buvant du vin (dynastie des Hang - 206 av. JC)

Le vin de céréales est servi tiède.

Sous la dynastie des Song (960-1279), les huit denrées essentielles pour la vie d’une famille sont : le bois de chauffage, le riz, le sel, le vinaigre, l’huile, l’alcool,  la sauce de soja, le thé.

Théière émaillée (dynastie Qing XVIIIème siècle).

 

 
 
 
Les séductions du palais du 19 juin au 30 septembre 2012
Musée du Quai Branly 37 quai Branly Métro : Alma Marceau 
de 11 h à 19 h (21 h vendredi samedi)  sauf lundi.