Les haricots rouges Monoprix globe trotter peuvent venir de Chine, d’Amérique du Nord et d’Argentine et l’eau d’Europe

Les services consommateurs répondent plus ou moins rapidement mais systématiquement.

Des services consommateurs éprouvés lors de l’enquête sur l’origine des produits  à paraître dans le n° d’été de Gault&Millau.

Comme vous le découvrirez dans le prochain numéro Gault&Millau de juin-juillet où une enquête est consacrée à l’origine des aliments, les produits en conserve n’affichent pas encore tous  leur provenance.  Un changement de réglementation se prépare néanmoins avec une liste élargie de produits qui vont devoir afficher l’origine –  en plus de la viande bovine depuis 2000.

L’enquête a révélé… que la question de la provenance intéresse fortement les consommateurs qui sont très nombreux à interroger là dessus le service consommateur, quand il existe. Les téléconseillers sont dans l’ensemble très consciencieux et rappellent.

L'eau, le sel et le sucre dans cette boite se baladent eux aussi...

Ayant contacté le service consommateurs de Monoprix il y a quatre semaines au sujet de l’origine des haricots rouges en conserve, je croyais la question tombée aux oubliettes. Que nenni. A l’instant, une charmante voix m’ appelle sur mon portable afin de me préciser que le service qualité vient de répondre. Ces fameux haricots rouges en conserve vendus sous la marque Monoprix peuvent venir d’Amérique du Nord, d’Argentine et de Chine. Et l’eau, le sel et le sucre indiqués parmi les ingrédients sur l’emballage peuvent quant à eux venir de France, du Royaume Uni et d’Europe ». Bigre ! Je n’avais pas pensé à m’interroger sur l’eau, le sucre et le sel.  Un peu dingue non ? Un vrai travail d’équipe internationale ? Dommage que mon article soit déjà  bouclé… je me console sur ce blog en vous en réservant la primeur. Moralité consommateurs soyez curieux…