Confidences de la maison Drappier sur une nouvelle cuvée exceptionnelle brassée dans un foudre en forme d’oeuf

L’Ovum, le  foudre de la cuvée 2011 qui ne sera vendue qu’en 2020 // crédit photo : Mathieu Drouet

Dans l’Aube, la maison Drappier, prépare une cuvée exceptionnelle. Précisons que c’est à Michel Drappier que l’on doit le premier champagne brut nature, puis le brut nature sans So2 et  le melchisédech, un contenant de 30 litres. A Urville, tous les soins sont apportés à cette nouvelle cuvée 2011 qui a été placée dans un foudre de chêne en forme d’œuf au moment de la fermentation malolactique (après la fermentation alcoolique). Dans cette phase, le dégagement de chaleur associé à la forme ovoïde opère un brassage naturel, qui entraine les lies les plus fines vers le bas tout en douceur. Ces 2 500 litres pour le moment patientent sur lattes avec leurs lies jusqu’en 2020. Neuf ans d’élaboration. La sage maison Drappier aime prendre son temps. Dans la cave patientent encore quelques magnums du 1959 et un rosé de 1964 dit on « exceptionnels », mais pas commercialisés.

Bon à savoir : on dit que le champagne n’est pas fait pour  vieillir. C’est vrai, une fois dégorgé. Tant que la bouteille n’a pas été dégorgée et garde ses lies sur lattes dans la cave, elle est protégée. C’est après l’opération de dégorgement effectué pour l’expédition que le vieillissement opère son œuvre.

Champagne Drappier 
rue des vignes
10200 Urville
0325274015