Tout chaud, un atelier de cuisine vegan sans un gramme de produit animal mais avec un maximum de couleurs et d’épices

Ôna, chef veggie dans son atelier Super Naturelle du 18eme. photos M.S.

En ce jeudi 20 mars, journée consacrée à l’alimentation sans viande,  voici l’occasion de vous présenter l’atelier Super Naturelle, d’Ôna Maiocco et les Jeudis Veggie qu’elle anime pour l’association végétarienne de France (AVF).

Super Naturelle, l’atelier d’Ôna a ouvert dans le 18eme arrondissement de Paris (métro Château Rouge). D’une autre espèce, d’un autre genre… cuisine durable tendance vegan. Le lieu est habité par la muse de la blanquette au tofu. Ôna est végétarienne depuis quinze ans. Inspirée, gourmande, passionnée, créative, elle transformerait en végétariens un bataillon de trappeurs canadiens. Elle sait partager avec simplicité les arcanes des produits végétariens : tofu, tempeh (allure de saucisson), seitan et toutes autres spécialités des magasins bio (gomasio…). Elle les explique, les fait gouter, explique comment leur donner du goût avec des marinades sucré salé, répond aux innombrables questions, « oui le seitan, c’est du blé, du pur gluten » ;  tord les idées reçues. « Les protéines c’est un faux problème, la majorité des végétariens en consomment trop…. »

La plupart des produits sont achetés en magasins bio tout simplement parce qu'on ne les trouve nulle part ailleurs.

Convaincue, l’association végétarienne de France (AVF) a confié à la jeune femme, le soin d’animer les nouvelles rencontres du jeudi, « Jeudi Veggie », lancées en janvier 2014 dans le cadre de la campagne qui encourage à manger végétarien une fois par semaine de l’AVF. Une initiative pilote appelée  à se développer tant la formule a de succès. Réservation aux ateliers conseillée.

Parce que le « futur » ou le « en train » ou le « déjà » végétarien se pose beaucoup de questions sur le régime sans protéines animales, le cycle veggie comprend six cours thématisés (légumes, tofu, céréales, super aliments, desserts…). Une quinzaine de curieux se retrouvent chaque semaine. Pas tous végétariens.

Rien de triste. Ni de sectaire. Du rire, des questions et de la gourmandise. La même envie de se parfaire d’où que l’on soit. « Je dois cuisiner pour mes garçons, toujours critiques », confie une mère de famille végétarienne depuis six ans. « Pour le salé, je me débrouille mais je n’ai aucune idée pour les desserts végétaux », reconnait une jeune femme à la voix claire.

salade de chou à l’indonésienne avec tempeh… « Pour la sauce finale, il faut mélanger : purée de cacahuètes, sauce de soja, citron (ou vinaigre) eau, sucrant (sirop d’agave, d’érable ou sucre complet) et éventuellement piment et gingembre », Ôna.

« Devenir végétarien m’ a donné envie de cuisiner, c’est pourquoi je suis venu », constate l’un des jeunes hommes. « J’avais peur de manquer de protéines, je viens apprendre comment les remplacer« , justifie cette jeune femme apprentie. « Je ne suis pas végétarienne mais je viens chercher de nouvelles recettes aux légumes« , déclare cette réunionnaise prête à partager toute ses bonnes adresses gourmandes. Tous s’échangent leurs bons plans, les chaussures vegan se trouvent sur internet…

Blanquette de seitan à la cajou avec un riz blanc, on n'y voit que du feu...

Ce soir là, le deuxième atelier du cycle, la soirée fut consacrée à trois recettes. Une salade au chou et tempeh à la belle texture croquante. Une blanquette de tofu incroyablement savoureuse. Une valeur sûre.  Et des légumes avec du seitan revenu à la poêle coupé en triangle (bien plus joli). La botte secrète est la marinade et toutes les épices ajoutées.

« Le tofu aime les marinades ! N’oubliez pas d’intégrer plusieurs goûts au choix dans vos marinades : sucré (sirop d’érable, sucre complet, sirop d’agave, jus de fruit…), salé (sel, gomasio, sauce de soja…), acide (jus de citron, vinaigre, moutarde…), piquant (gingembre, piments, ail…) et même amer si vous aimez (zeste de pamplemousse par ex.). Le tofu se mange froid ! Ecrasé en été avec des herbes fraîches et de l’huile d’olive, il remplace la féta, les fromages frais… sinon en petits cubes (surtout pour le tofu fumé) dans une salade de lentilles, c’est vraiment délicieux », recommande l’experte.

« Très vite, les groupes se forment pour cuisiner un plat,  les gens ont envie de mettre la main à la pâte », commente Ôna qui, concentrée, supervise en étant partout à la fois. Après ce moment joyeux  de  coupe, tambouille, mixage, lavage, chauffage, où parfois l’on manque de planche à découper,  vient le moment de déguster. Le bruit sourd des fourchettes en bambou prouve la réussite de ces plats colorés et parfumés. Chacun se ressert, puis l’on se sépare en riant.

. Le site d’Ôna Super Naturelle avec tout le programme. Journée Portes ouvertes  le 6 avril :  avec vente de pâtisseries végétales, atelier d’une amie blogueuse le matin (Mlle Pigut) et démo de makis végétaux et locaux.
. Un livre Boulettes et galettes végétales, Ôna Maiocco, éditions La Plage.
. Le site de Jeudi-veggie de l’association végétarienne de France qui compte 25 000 fans sur Facebook. adhésion 36 €, atelier 30 €. 
. Journée sans viande le 20 mars 2014

About Marise Sargis

Journaliste, enquêtrice et blogueuse, spécialisée en consommation, gastronomie, vins et aliments bio.
This entry was posted in Bons plans à manger, Consommer bio, Vegan. Bookmark the permalink.

5 Responses to Tout chaud, un atelier de cuisine vegan sans un gramme de produit animal mais avec un maximum de couleurs et d’épices

  1. Arsène Bacchus says:

    Belle initiative. Il est important d’apprendre aux consommateurs qu’ils peuvent se passer de protéines animales tout en mangeant d’excellents plats.

  2. Marjorie says:

    Bonjour,

    Oui, je sais que c’est ce que disent les gens (je participe à des stands et des animations au sujet du végétarisme et du végétalisme ;-) ) mais je ne sais pas trop d’où cela provient (probablement de la télévision et des autres médias qui pratiquent la désinformation consciemment ou inconsciemment…).

    En fait, en écrivant « [...] beaucoup de questions sur le « régime sans protéines animales », [...] » vous pouviez mettre en évidence que c’est leur préoccupation et leur opinion mais pas la vôtre.
    Voilà ce que j’avais à l’esprit. ;-)

    Sincères salutations,
    Marjorie

  3. Marise Sargis says:

    Oui froid et non pas cru vous avez raison, merci, pour votre rectification et votre article.
    Quant aux questions sur les protéines, c’est toujours une réalité, je peux en témoigner étant donné que j’ai assisté à la séance.

  4. Marjorie says:

    - « beaucoup de questions sur le régime sans protéines animales, »
    Oh la la, vous perpétuez encore les clichés et cette focalisation inutile sur les protéines.
    Il s’agit d’une alimentation/cuisine végétale donc avec des végétaux uniquement et sans morceau ou substance d’animal terrestre ou aquatique.

    - « Le tofu se mange cru ! »
    Non pas « cru » mais froid cf. « Le soja au Japon » un article de la revue associative « Alternatives Végétariennes » : http://www.vegetarisme.fr/_pdfs/Le_soja_au_Japon_AV_109.pdf

  5. mamapasta says:

    j’ai déjà vu Ôna préparer des plats …c’est un vrai plaisir..j’espère que ce lieu sera très fréquenté pour qu’un maximum de personnes puissent constater que non les végés ne se nourrissent pas de salade…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>