Le château de la Bourdaisière ouvre les portes de sa ferme en permaculture lors du 16ème festival de la tomate et du dalhia

14-9-2014 | reportage photos @marisesargis.

Ce deuxième weekend de septembre, il faisait beau et chaud au Château de la Bourdaisière pour fêter le 16ème festival de la tomate.

Les tomates tournent la tête : 657 variétés anciennes. De la rose, de l’orange, de l’orange, de la verte… goûteuses à souhait.

Plus de 5000 visiteurs ont franchi les grandes portes du château néo renaissance pour admirer les conservatoires de la tomate et du dalhias (5000 bulbes en 2014 !). Ces bulbes seront tous déplantés et rentrés au chaud à l’automne.

Impossible d’accéder au bar à tomates littéralement pris d’assaut, ce dimanche 14 septembre 2014. Un chef a été embauché.

La pluie du mois d’août a apporté le mildiou, et fait sortir des rayons des jardiniers du château, la bouillie bordelaise. Malgré ce traitement, autorisé en bio, les rendements ont plongé : « Nous ne récolterons que 2 à 3 kilos de tomates dette année au lieu de 7 à 8 kilos une année normale », confie le prince Louis Albert de Broglie.

Festival de la tomate et de l’œillet d’inde devrait on dire | 16ème Festival de la tomate 2014

Le château de la Bourdaisière est en pleine mutation vers la permaculture. Le Prince Louis Albert de Broglie,  a rejoint le réseau des fermes d’avenir, a fait dessiné les plans du potager  par deux conseillers experts en permaculture, Claire Uzan et Gildas Véret (Horizon permaculture) et créé la ferme avec l’aide de Maxime de Rostolan (chef de projet). Le coût est de 100 000 € sur quatre ans. De nombreux partenaires ont investi, Métro, Casino, Jardiland, Rustica… Voici le résultat après cinq mois de travaux, le 14 septembre 2014. Et c’est loin d’être fini. Ce lieu bouillonne de projets multiples.

Une petite partie de la ferme pilote de permaculture du Château de la Bourdaisière inaugurée en octobre 2013.

C’était l’info brûlante de ce jour solaire, la suite dans les magazines…

Voir aussi ce billet sur la micro ferme.