La montée en gamme des nouvelles bières se goute au salon national Planète Bière, une première

Franck Poncelet

Franck Poncelet (gauche) Philippe Jugé (droite) au Frog beer, 9 rue Princesse 75006 Paris | photo  M.S.

Vous ne le saviez peut être pas encore mais 2015 est l’année de la bière. Les dégustations et les annonces à la presse s’enchaînent. Un premier salon dégustation national de la bière, est programmé les 29 et 30 mars. L’idée vient de deux amoureux de la bière, Franck Poncelet et Philippe Jugé. Préparez vous. L’évènement accueillera 75 brasseries, des grandes et des petites.  Des ateliers dégustations seront animés par des biérologues et des sommeliers.

Un nouveau bière à India pale ale signé Spieguelau

Le nouveau verre  India Pale Ale signé Spiegelau dans la main de Franck Poncelet.

Des accords mets et bières avec moult appétissants fromages seront testés. Et chacun pourra échanger sur l’art du brassage avec le nouveau monde des brasseurs :  de tous âges, de tous horizons, de tout sexe. Les Brasseurs de France annonce 700 microbrasseries sur le territoire en ce début 2015. Cette profession connaît un dynamisme étonnant.  Cela se passera au Tapis Rouge, 67 rue du faubourg Saint Martin 75010 Paris entrée est payante (18 € la demi journée).   A gouter : La mousse à Zigui, La Marise, La gitane…

La bière est devenue un phénomène qui se met à intéresser même les journalistes de vin. Les cavistes de bières prospèrent, sur 4 000 cavistes dans l’Hexagone,  350 réalisent au moins 80 % de leur chiffre d’affaire avec la petite mousse, et le mouvement se poursuit. Le seul bémol vient du prix de la bière. Collé au plancher après des décennies de grosse artillerie qui « désoiffe ».

Au frog beer c'est Eugénie qui brasse une nouvelle recette chaque semaine

Au FrogBeer à Paris, c’est Eugénie qui brasse,  30 bières et une nouvelle recette chaque semaine, la première bière parisienne née en 1993. www.frogpubs.com.

Les brasseurs artisanaux qui font de la qualité et de petits volumes sont bloqués par le seuil psychologique des prix. Pour augmenter leurs tarifs à un niveau plus compatible, pas d’autre choix que de valoriser le produit et de changer l’image de la bière en racontant de belles histoires. C’est pourquoi la presse déjeune beaucoup à la mousse ces derniers temps.

Prochaine enquête sur le goût de la bière de Clara Lutin à lire dans Le Particulier Pratique de mars 2015.