Le régime à faible index glycémique diminue le risque de cancer du sein des femmes ménopausées

Etude alimentation et santé - Une étude américaine (Women’s Health Initiative Observational Study (WHI-OS), du département d’épidémiologie de l’université Albert Einstein à New York) réalisée sur des femmes ménopausées non traitées confirme le lien entre le niveau d’insulinémie et le risque de cancer du sein. Les chercheurs préconisent l’adoption d’un régime à index glycémique bas, comprenons… peu sucré. Mais pas seulement. La revue Que Choisir de février 2009 (n°467) consacre un article aux sucres et définit le régime à faible index glycémique comme « Une alimentation qui privilégie les produits glucidiques riches en fibres (céréales complètes, légumes secs, fruits et légumes) et les repas structurés. Elle évite le grignotage, les céréales raffinées, les boisson sucrées, les produits broyés, mixés ou extrudés (galettes de riz, céréales ou biscuits soufflés) et la cuisson excessive ».
Et ce que cette étude ne dit pas c’est que l’adoption d’un régime à index glycémique bas et protéiné pourrait aussi avoir une influence sur les bouffées de chaleur, à en croire l’expérience de proches. L’intérêt de veiller sur son régime alimentaire et d’adopter par exemple un régime méditérannéen notamment au moment de la ménopause aurait donc encore des bénéfices insoupçonnés… La question mériterait d’être sérieusement étudiée.